+33 (0)9 81 92 47 12 [email protected]

Souscrire au Pass Méditation en ligne
Apprendre_a_mediter

Apprendre à méditer

La méditation est une méthode qui permet de familiariser notre esprit avec la vertu. Plus notre esprit se familiarise avec la vertu, plus il devient calme et paisible. Quand notre esprit est paisible, nous sommes libérés des soucis et de la douleur mentale et nous connaissons alors le vrai bonheur.

Si nous entraînons notre esprit pour qu’il connaisse la paix, nous serons constamment heureux, même dans les situations les plus difficiles, mais s’il n’est pas paisible, alors nous ne serons pas heureux, même si nous avons les conditions extérieures les plus agréables. Il est donc important d’entraîner notre esprit au moyen de la méditation.

On distingue deux types de méditation : la méditation analytique et la méditation placée. La méditation analytique consiste à contempler la signification des instructions du dharma que nous avons entendues ou lues. Contempler ces instructions en profondeur nous amène finalement à formuler une conclusion précise ou à faire naître en nous un état d’esprit vertueux particulier. C’est cette conclusion, ou cet état d’esprit, qui est l’objet de la méditation placée.

Ayant trouvé notre objet grâce à la méditation analytique, nous nous concentrons ensuite en un seul point sur cette conclusion, ou cet état d’esprit vertueux, le plus longtemps possible pour nous familiariser profondément avec lui. Cette concentration en un seul point constitue la méditation placée. On appelle souvent la méditation analytique « contemplation » et la méditation placée « méditation ».

La méditation placée dépend de la méditation analytique, et la méditation analytique dépend de l’écoute ou de la lecture des instructions du dharma.

Si nous pratiquons ainsi avec patience, les pensées distrayantes diminueront progressivement et nous éprouverons un sentiment de paix intérieure et de détente.

Notre esprit se sentira lucide et spacieux, et nous nous sentirons rafraîchis. Quand la mer est houleuse, le sédiment est brassé et l’eau devient trouble, mais quand le vent tombe, la boue se dépose lentement et l’eau devient claire.

De la même manière, quand nous réussissons, grâce à la concentration sur la respiration, à calmer le flot incessant de nos distractions, notre esprit devient singulièrement clair et lucide. Il est bon de rester dans cet état de calme mental pendant un moment.

Même si la méditation sur la respiration n’est qu’une étape préliminaire de la méditation, elle peut être assez puissante. Cette pratique nous montre que le simple contrôle de l’esprit nous permet de connaître la paix intérieure et le contentement, sans avoir à dépendre d’aucune manière des conditions extérieures.

Ce sentiment de contentement et de bien-être nous aide à faire face à l’agitation et aux difficultés de la vie de tous les jours. Le stress et les tensions éprouvés en temps normal proviennent en grande partie de notre esprit, et bon nombre de nos problèmes, y compris les problèmes de santé, sont causés ou aggravés par ce stress. En ne méditant que dix ou quinze minutes par jour sur la respiration, nous serons en mesure de diminuer ce stress.

Notre esprit nous semblera calme et spacieux, et beaucoup de nos problèmes habituels disparaîtront. Nous ferons plus facilement face aux situations difficiles, nous nous sentirons naturellement chaleureux et bien disposés envers les autres, et nos relations s’amélioreront progressivement.

Q1. N’est-ce pas un plaisir égoïste de méditer ? Car nous sommes seul dans cette activité et ne faisons rien pour aider les autres à ce moment-là.

Q2. Si j’ai bien compris la méditation c’est faire le vide et ne plus penser à rien ?

Q3. Quelles différences avec le yoga ? Est-ce compatible ? Complémentaire ?

Si nous voulons atteindre la paix intérieure permanente et si nous voulons nous libérer complètement des problèmes et de la souffrance, nous devons progresser au-delà de la simple méditation sur la respiration vers des pratiques de méditations comme le cycle des vingt et une méditations du lamrim, expliqué dans le Nouveau Manuel de Méditation.